Stuntman (Cascadeur), un très bon Album électronique pastoral et musical par le leader de Tangerine Dream produit à la fin des Seventies.

Stuntman

 

Stuntman est un album solo de Edgar Froese sorti en 1979, enregistré la même année que force Majeur avec Tangerine Dream,

Moins de bruitages que « Aqua » ou encore « Epsilon in Malaysian pale » des expérimentation sonore de jeunesse en marge du succès de Tangerine Dream mais toujours avec des concept bien clair, soit quelques d’extrêmes très improvisé comme « Macula transfer » ou encore « Ages »

Stuntman semble contenir des formes et des structures beaucoup plus abouti également, ici les mélodies se partagent la place avec les ambiances et les effets. Toute les plages apporte des métamorphoses intéressante dans le magma sonore ainsi que de nombreuse mélodies un peu improvisé, mais aussi assez simple avec presque une pointe d’inspiration classique parfois.

Très varié et polish dans les sonorités, musicalement beaucoup de changements, cet enregistrement démontre le potentiel des nouvelles machines digitales PPG encore peu connues, avant le succès du Wave 2 au début des années 80′, celles qui seront beaucoup plus utilisés par beaucoup de groupe progressif et electro-pop a succès (Saga, Depeche Mode, Trevor Horn, Art of Noise, Propaganda) car la technologie restait à l’époque encore bien onéreuse.

Il y a dans certains thèmes plus de simplification mélodique  »Stuntman » ou  »Drunken Mozart in the desert », plus accessible dans la ligné de Vangelis ou Jarre, mais aussi quelques promenade presque improvisé, sans pour autant quitter complétement une inspiration pop-classique.

Ces 2 aspects font de ce disque un must autant dans l’accessibilité que dans l’intérêt exploratoire.

Ceux qui préfère l’expérimentation et l’exploration pur vers le concret seront peut-être un peu déçu, pourtant cela se trouve également dans cet albums dans les morceaux. Les fans de beaux thème à la Jarre ou Vangelis  seront servis et pourrais aimer cet album, comme on peu bien l’entendre sur le morceaux titre

Aussi une utilisation un peu plus avancé des arpégiateurs et autre sequenceurs dans des titres comme  »It Would Be like Samoa » ou la finale de  »Drunken Mozart ».

Le thème qui fait la mélodie dans  »Detroit Snackbar Dreamer’‘ atteind presque l’expressivité d’une sorte de croisement de violon vers un instrument à vent spatial.

Sa guitare passe par des processeurs étrange dans « A dali-esque sleep fuse » sa passion pour le peintre .

 

C’est album apparait un peu comme une sorte de super CD de démo synthétiseurs uniquement hardware et pré-midi bien-sûr, car beaucoup de timbres restent surprenants, et même aujourd’hui dans notre nouveau monde technologique au milliers de sonorités différentes semble si accessibles, c’est aussi un peu grâce à celui-ci.

En plus celui-ci reste bien musical, ce qui n’est pas donné a toutes ses productions. Les meilleurs moments de Froese sans Tangerine Dream, des ambiances entre Force Majeure et Tangram pour ceux qui savent. Indispensable.

« Stuntman » A votre Planète dans l’Univers … par Pascal Duvet, créateur et photographe,
ce titre comme un générique Tv.

Edgar Froese en solo montre ici un réel talent dans la variété de sons nouveaux et une joie d’essayer de nouvelles machines, se tournant vers les premier sons digitaux, mais sans délaisser les bon vieux sons analogique et chaud qu’on connaissait avec Tangerine Dream.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et l’on ressent ce plaisir d’expérimenter  avec de nouveaux jouet pour nous offrir un moment de vrai bonheur sonore inoubliables. L’enregistrement ici est vraiment de qualité.

Un Album essentiel pour des fans de Tangerine Dream, la musique électronique et même la musique en générale, mais qui reste relativement rare à dégotter soit à un prix certain.

Pour obtenir l’album le lien ici

Autres albums recommandés

Beyond the storm, intéressante compilation  de ses oeuvres majeurs en 1995,

2 CD et 20 titres.

pour découvrir tous ce que Edgar Froese a fait parallèllement a Tangerine Dream, on peu faire des rapprochement, mais souvent on sens plus le musicien solitaire, et aussi certaines exploration qui parfois semble vouloir aller plus loin, mais également beaucoup d’ambiance très douce ou chill, qui nous laisse toutes sortent d’évocations et de paysages.
C’est comme un voyage autour de la terre, une découvertes de nouveaux horizons, et tous cela mis en ondes et en sons.
C’est le disque qu’il faut avoir pour connaitre Edgar Froese, le musicien et le peintre.

Ages, originalement enregistré en 1978, de bonne idées et aussi quelques divagation un peu plus extrème que Stuntman.
ici la nouvelle version remaster

ou l’original avec le portrait de Edgar Froese nous observant de son visage teutonique

L’album important après Stuntman serait Pinnacles sorti en 1983, plus propre et polish, qui reste intéressant.

Voici la version remasterisé en 2005, et produit par le label de Tangerine Dream aujourd’hui.

Un album plus récent, Dalinetopia sorti en 2005, en l’honneur de son mentor pour la peinture, mais certainement aussi pour la musique.


Related Posts

About the Author

Musicien, joueur de synthétiseurs et pianiste depuis près de 30 ans, enseigne la musique, amateur de collection de disques, vinyles, CD, mélomane à ses heures. A laissé des centaines de commentaires et critiques sur les artistes et albums essentiels qu'il a cotoyé, écouté ou même joué pendant son existence. Informations et expérience riche et variée qu'il intégre maintenant a ce blog, tout en faisant des recherches pour intégrer et réunir le maximum d'éléments et informations pertinentes par articles et sujet abordé, pour un accès simplifié.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam

Chronologie & Genres


Mon Widget Boutique



Analytic Code