« 50 Words for Snow » sont les mots de l’artiste Anglaise

Un album a propos pendant que j’écris ces mots, la neige tombe, il était temps qu’un vrai hiver s’annonce en fin janvier, malgrés tout ces réchauffements médiatisés.

L’age venant Madame Bush devient plus dépouillé dans sont expression, la belle artiste pop se donne à une musique pour les fête de noëls, mais quelle sens donnons nous a ces fêtes?

Je dirais plutôt un hommage à l’hivers, serait plus appropprié, la pluparts des titres sur cet opus sont plutôt calme et romantique dans un sens assez classique du terme. Sa voix susurre plutôt dans un registre beaucoup plus grave qu’a son habitude, quelques vocalise multiple en arrière pour la décoration, pas trop.

Wild Man est un peu plus joyeux, avec son petit train train mid-tempo, et son lancinant koto

Elle fait appelle a une belle brochette de musiciens de talents pour sont petit band 2011, Steve Gadd à la Batterie, Del Palmer, Danny Thompson et John Giblin à la basse, Dan McIntosh au guitares ainsi qu’un beau choix de voix masculine pour contre-balancer sa féminine voix. Albert McIntosh,Stefan Roberts, Michael Woods, Andy Fairweather, Professeur Joseph Yupik et la cerise sur le gateau, Sir Elton John.

7 titres seulement? oui, mais ceux-ci contiennent de la matière, et avoisine les 10 minutes pour la plupars.


Chansons intérieure et mélopées alternatives un peu indie, un genre apparemment aussi en vogue aujourd’hui. J’ai mis l’album pourtant dans la catégorie rare, car pour ceux qui ne connaissent pas encore trop la dame, ce sera une découverte que d’écouter tout les reste de la production de Kate Bush, très populaire dans les 80s. Ceux qui la connaissent ne feront que la suivre, et peut-être s’étonner de son virage, mais peut-être pas tant que cela, vu que par essence cette artiste a toujours surpris ses fans, pas ses long silences, ses changements de directions et prise d’options différente pour ses choix artistiques.  Les réalisation d’une vrai artiste sans concession, et on peu ne pas aimé ni adhéré complétement.

Un disque qui pourra aussi plairre aux amateur de musique de chambre et classique, un disque de poème et de culture.

Assurément il y a une ambiance un peu de contes et légendes, et de passages au rythme de ballade au piano, dans ce sens elle renoue un peu avec ses origines, quand elle composa ses première chansons pendant les seventies, celle qu’on entend dans « The Kick Inside »  ou « Lionheart ».

L’album commence et fini intimiste, avec quelques belles envolé au centre,  avec comme clous son duo avec sir Elton John   sur « Snowed in at wheeler Street » puissant come back dans ce dialogue d’amour, « I don’t want to lose you » je ne veus pas te perdre.

Intimiste dans « Among  Angels » ou Kate se retrouve presque seul avec sa voix (et les anges) et son piano ainsi qu’une subtile orchestration.

Un album riche qui ne se dévoile pas du premier jet, mais s’enrichi au fil des écoutes.

Pour obtenir celui-ci c’est par ici.

 

Autres albums important

Aerial 2005
http://www.musiquesaecouter.com/articles/2005/

Hounds of Love 1986

The Kick inside 1978

ou la page Amazon de Kate Bush

Albums de Kate Bush sur Amazon


pub


Related Posts

About the Author

Musicien, joueur de synthétiseurs et pianiste depuis près de 30 ans, enseigne la musique, amateur de collection de disques, vinyles, CD, mélomane à ses heures. A laissé des centaines de commentaires et critiques sur les artistes et albums essentiels qu'il a cotoyé, écouté ou même joué pendant son existence. Informations et expérience riche et variée qu'il intégre maintenant a ce blog, tout en faisant des recherches pour intégrer et réunir le maximum d'éléments et informations pertinentes par articles et sujet abordé, pour un accès simplifié.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam

Chronologie & Genres


Mon Widget Boutique



Analytic Code