Un Retour de la fée Kate après 12 ans d’absence, plutôt un retour vers la Pop Progressive en 2005

 

 

 

 

 

 

Beaucoup de temps ont passé depuis « Red shoes », c’est album semble plus réussi, et moins soumis à une quelconque pression si ce n’est de celle de faire une ré-apparition après tant d’année.
Le tissu musicale est moins tendu et serré qu’avant, le temps passe et le style change naturellement.
Ici il y a plus de tranquilité et de douceur, également plus d’espaces et de silence.
C’est parfois comme de la musique de chambre, un album apparemment plus dépouillé même si toujours très controlé et méticuleux.

 

Les rythmes ne sont plus trop proéminents, et souvent sous formes de ligne de percussions.
Certains aspects ne plairont peut-être pas a tous, pourtant il me semble qu’il s’agit d’un approfondissement de son art multiple, quelques pas déjà sur le chemin de la sagesse.
Son statut de mère l’y a certainement poussé naturellement, comme cette études sur les chants d’oiseaux, une autre approches bien après olivier Messian qui trône encore bien comme un maître de la musique contemporaine française.
Kate Bush sans doute ne cherche pas a tout prix a plaire, mais a faire ce que sont coeur et sont inspiration lui dicte, qui est souvent le prix à l’ébauche d’une vrai oeuvre d’art sans concession.

Un beau double album plein de trouvailles et de surprises, pourtant un petit bémol, les folies quelles se permettait dans les années 80′ (voir « never for ever » et surtout « The Dreaming » et aussi le très abouti comme populaire « Hounds of love » qui restait plus innovatif que dans notre 21eme siècle ou tout semble déjà avoir été dit et experimenté, et même si elle faisait partie de ces pionniers, on sens une légère baisse dans la puissance dans son discours, aussi beau et paufiné soit-il.

 

 

 

 

Enfin je dirais que ce disque plaira ou moins selon notre propre humeur du moment, car beaucoup de fans de Kate semblent restés hypnotisés par la dame, et je suppose qu’il n’est pas vain de se mettre dans la peau d’un autre, prendre une certaine distance, pour donner un avis objectif.

Ceci est un album un peu hors-norme, c’est pourquoi il contient son pesant de valeur artistique caché qui se dévoile seulement progressivement écoute après écoute au auditeurs actifs.

Pour ma part, je l’apprécie beaucoup.

Autres albums captivants et inhabituels
Never for ever 1980

 The Dreaming 1982 l’un des plus étrange et difficile si vous osez


Related Posts

About the Author

Musicien, joueur de synthétiseurs et pianiste depuis près de 30 ans, enseigne la musique, amateur de collection de disques, vinyles, CD, mélomane à ses heures. A laissé des centaines de commentaires et critiques sur les artistes et albums essentiels qu'il a cotoyé, écouté ou même joué pendant son existence. Informations et expérience riche et variée qu'il intégre maintenant a ce blog, tout en faisant des recherches pour intégrer et réunir le maximum d'éléments et informations pertinentes par articles et sujet abordé, pour un accès simplifié.

One Response to Kate Bush, Aerial

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam

Chronologie & Genres


Mon Widget Boutique



Analytic Code