Force Majeure, and then they were two (three?), TaDream font dans le progressif, a peine un peu plus rock!

 

Il ne furent plus que deux (ou trois) convenait a un album de Genesis de 1978, celui ci est de 1979, un an après le départ de leur 3eme autre membre, Peter Baumann en 1977 après la tournée américaine avec « Encore » et la B.O du film « Sorcerer » de William Friedkin, le projet vocal plus progressif « Cyclone » 1978 avec Steve Jolliffe n’ayant pas vraiment porté ses fruits , nos deux compères Edgar Froese et Chris Franke n’oeuvre plus qu’a deux, pardon à trois puisque Klaus Krieger leur prête encore main forte à  la batterie.

Beaucoup plus d’apparitions de la guitare d’une façon variées et imaginative par Edgar Froese, des interventions aussi acoustique qui donne a cet album originalement électronique une plus grande variété de couleurs instrumentales et peut-être plus de coeur. Son Solo de guitare (élec-tronique)  sur « Cloudburst Flight » est l’un des meilleures qu’il ai accouché depuis « Invisible limits » sur la partie centrale, sur « Stratosfear » en 1976,  et « Coldwater canyon » sur le Live « Encore » de leurs tourné USA en 1977,

Outre les Synthétiseurs, les parties de solo de guitare est aussi un marque de fabrique de Tangerine Dream (un peu comme pour Pink Floyd) qu’on peu aussi entendre régulièrement, sur les B.O comme « Sorcerer » en 1977 sur « Beach theme-Scene » sur le soundtrack de « Thief » 1981 (Le Solitaire) de michael Mann ou encore sur leur titre « Song of the Whale » de l’album « Underwater Sunlight » en 1986. Cet aspect à toujours été un élément qui donne un plus important au son de leur musique.

Ceci donne une atmosphère qui se rapproche plus d’un groupe progressif a caractère instrumental, mais toujours avec une panoplie de synthés analogique (c’était la monté du genre à l’époque), des sons plastiques typique des condensateur qui donnait pourtant un son chaleureux, compact et puissant qui commencait à être très utilisé dans le disco et la Funk à cet époque, surtout les sons de basse quelques effets et les séquenceur ( voir I feel love de  Donna Summer arrangé par Giorgio Moroder qui composa aussi « The Chase » sur la BO de Midnight Express en 1978) qui eût apparemment plus de succès que celui-ci.

Sur Force Majeure il y a beaucoup d’éléments, l’ensemble et riche de passages qui placera l’album plutôt dans les bacs de KrautRock progressif. Beaucoup de thèmes mélodiques sont très interessants, les séquenceurs de Chris Franke joué presque à la main, se sont encore amplifié et diversifié par rapport leurs anciens albums, la technologie aidant.

Je rappelle le lecteur que cela restait un tour de force ainsi que d’une connaissance approfondis des machines, de réussir un tel album avec des modulaires analogique réputé instable au possible, mais avec un sons chaud et unique en leurs genre. Tangerine Dream était reconnu comme des experts dans ses l’utilisation de ces machines musicales avec quelques autres artistes que vous connaissez aussi (Dont la mouvance Techno 90′ se servira, mais avec moins de coeur et d’esprit).

L’intro de « Force Majeure » comme dans « Madrigal Meridian » de Cyclone est bruitiste et avant gardiste, noyé dans les effets grondant et tendu, avec même un violoncelle, qui nous mène dans un passage pianistique et nous mène dans le vif du sujet, un fusion de séquences, des guitares, des string machines dans une écritures plus défini qu’auparavant, un grand morceaux épique avec des rebondissement, une sorte de vieux train a vapeur nous emmènent dans la deuxième partie, sorte de bouillonnement qui présente de délicieuses harmonie enrobé d’arpèges qui va être surmonté d’un thème splendide jusqu’a une conclusion surprise.

Le Second morceaux Cloudburst Flight est enrobé de guitare d’abord acoustique puis devient plus menacant, et le tout s’électrise dans un climat furieux, ou Edgar Froese
accouche d’un magnifique solo mais au timbre étrange et particulièrement électronique, eh oui, l’époque était a l’expérimentation et les constructeurs Roland comme ARP avaient beaucoup misé sur la création de synthés pour guitares qu’il essayait difficilement de rendre populaire, pour un effet probablement proche de se qu’on entend sur le morceaux, ce son de guitare ressemble presque a un synthé, mais on sent que le doigté et la façon de jouer est plus proche d’un manche que d’un clavier. le titre passe par une rupture abrupte qui nous ramène
une coda atmosphèrique plus calme proche du début, une superbe et nostalgique ritournelle séquencé, comme un superbe horizon de couché de soleil, surmonté d’un solo flutée, le tout dans une style bien new-age dans le meilleur du genre.

« Thru Metamorphic rocks » présente une longue suite progressive qui prend tout son temps pour se dévoiler complétement 2’15 d’introduction c’est une « certaine » longueur (inacceptable pour beaucoup de maison de disque, majors et autres radio aujourd’hui si on prend en compte l’aspect efficace de la « pop » music, mais ce n’était pas le cas pour Virgin à l’époque), ou chaque tour nous amène de nouveaux sons, le piano a ici beaucoup de présence  pour arriver dans un fier et majestueux solo de guitare pendant 2 minutes et demi, ce titre arrive à une sorte de transition à partir de 4 minutes qui donne l’impression de se noyer dans un magma de bulles comme dans aquarium reverbéré,  et la musique semble être avalé par plus une puissante force (un effet singulier) comme attirée au fond d’une mare au fond d’une vallée…(description presque « poétique » mais discutable, chacun aura la sienne) jusqu’à 4’30 ce qui nous mène à la suite, qui  se présente aussi progressivement sous forme d’une séquence assez sophistiqué (qui était parait il une sorte d’erreur de manipulation analogique dont ils avait enregistré l’évolution a tout hasard), celle ci se poursuit pendant environ 10 minutes dans une sorte de trance plus proche de leurs anciens albums (avec pas assez de changements dans le discours a mon goût).

Personnellement mes préférés sont les 2 premiers mouvement, cependant tous l’album est intéressant et peut retenir l’auditeur actif par ces captivantes explorations, une oeuvre définitivement progressive qui semble pourtant encore se chercher.

Il faut notamment mentionner la participation de klaus Krieger à la batterie  qui est particulièrement intéressante, variée, qui donne un feeling presque jazzy-prog plus prononcé a cette album et qui mériterait mieux que l’anonymat.

Son apport donne un cachet qui porte Force Majeure parmis l’un des meilleures album du groupe, car ainsi la rythmique prend des aspects plus vivantes et spontanée, une approche que Tangerine dream a hélas utilisé trop rarement à cet époque de boite à rythme, qu’ils ont heureusement corrigés dans leurs formations récentes, ce qui donne a cet ancien opus encore tous son charme aujourd’hui.

Un Album  aux climats également psychédélique et planant à la fois, mais aussi  très mélodieux, tous en gardant des ambiances des meilleures soundtracks pour musique de films.
Ce qu’ils vont d’ailleurs faire beaucoup plus à partir des années 80′.

Les anciens fans pourront regretter les ambiances folles dans des climats de trance issus de « phaedra » ,« Rubycon » ou « Ricochet » plus dans un style improvisé appelé la Berlin School n’empêche, celui-ci est vraiment trés bon et peut-être même plus facilement accessible, issu tout droit d’un autres fameux et mélodique « Stratosfear » de 1976. Mais juste un peu plus proche du rock progressif, C’est donc aussi un essentiel de Tangerine Dream, a découvrir absolument, si ce n’est pas encore fait, les petites intégrations de Youtube devrait vous y aider.

Pour obtenir l’album ou plus, suivez ce lien.


Related Posts

About the Author

Musicien, joueur de synthétiseurs et pianiste depuis près de 30 ans, enseigne la musique, amateur de collection de disques, vinyles, CD, mélomane à ses heures. A laissé des centaines de commentaires et critiques sur les artistes et albums essentiels qu'il a cotoyé, écouté ou même joué pendant son existence. Informations et expérience riche et variée qu'il intégre maintenant a ce blog, tout en faisant des recherches pour intégrer et réunir le maximum d'éléments et informations pertinentes par articles et sujet abordé, pour un accès simplifié.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam

Chronologie & Genres


Mon Widget Boutique



Analytic Code